Vos témoignages

Nous avons décidé fin 2013 de construire un bâtiment de stockage complémentaire, équipé des systèmes de ventilation Les Mergers. Nous avons construit 2 cases de séchage de 1500t de 30 x 15m et 2 cases de séchage de 750 t chacune de 30 x 7,50m. L’ensemble est alimenté par 4 ventilateurs, un réseau avec trappes et des caniveaux équipés de grilles à trous oblongs. Le soufflage s’effectue à partir de l’air ambiant. Notre système de ventilation nous permet de gérer 4m de hauteur de stockage de céréales. Le maïs peut perdre de 20 à 30% d’humidité. Nous le passons dans ces cellules de séchage avant de le stocker dans nos silos traditionnels. Nous déstockons, nous séparons puis nous stockons en silos traditionnels. Cette démarche a été pour nous plus économique que si nous avions construit un silo supplémentaire. Nous n’avons plus de pertes et nous nous retirons beaucoup de pression au moment de la moisson.

Eric Magnient
Chargé de la maintenance - Etablissements JC Coisnon - Mereville

Notre ferme comprend 200 hectares, et 150 vaches laitières. Nous avons monté une centrale de méthanisation qui est associée à une unité de séchage multi-fonctionnelle pour valoriser l’air chaud fourni par notre centrale. Grâce aux équipements Les Mergers, nous pouvons sécher plaquettes de bois, buches de bois, herbe, digestat, … Cela permet une grande polyvalence de notre process

Jan Meilink
Dirigeant du Gaec Meilink - Calvados

Nous faisons une rotation sur nos 4 cases. Nos produits sont souvent très humides (36 à 37%). Nous déposons 35t de maïs grain à chaque fois en 2 cases. Et nous perdons 5 à 7% d’humidité en quelques heures. Pour le blé si nous déposons 4000 quintaux à 18% d’humidité sur une épaisseur de 2m à 2,50m, à raison de 100t/ cellule, en 1 à 2 jours l’ensemble des 4000 quintaux sont secs. Souvent nous sommes les seuls à moissonner certains jours plus humides car nous séchons au fûr et à mesure. Cela nous permet de finir notre moisson toujours dans de bonnes conditions. Nous avons fait des essais en ray-grass avec notre 1er ventilateur seul. Sur 1m de haut le séchage s’est fait en un jour et le résultat était magnifique et très appétant. Les vaches se ruaient sur le produit. Il faudrait que nous nous équipions d’un hangar supplémentaire pour stocker ensuite le produit séché. Je pense, à voir l’aspect très vert et avec feuilles du ray-grass obtenu, qu’il est très performant en qualité nutritionnelle. Nous pourrions remplacer la luzerne par ce produit, pour la rumination.

Philippe Michel
Associé Gaec du Boscor - Normandie

A côté de semences de céréales à paille et de légumes de conserve, je multiplie sous contrat des semences potagères. Outre la polyvalence des espaces couverts, ce système de ventilation garantit une excellente conservation. Le stockage et la reprise sont simples ! Oubliées les gaines arrachées ou écrasées ! Et quand oignons, épis de maïs ou fourragères sont livrés, je gare dans le bâtiment une partie de mon parc engins !

Jean-Noël DHENNIN
Agriculteur et Président de la Fédération Nationale des Agriculteurs Multiplicateurs de Semences (FNAMS)

J’ai choisi ce système pour sa souplesse d’utilisation. Pour mes blés durs, colza, orge de printemps ou pommes de terre, la conservation est excellente et le stockage est facile : il suffit de vider la remorque dans l’une des travées ! La reprise est aussi simple avec un télescopique !

Damien FERRAND
Agriculteur

Sur 210 m², je stocke des semences de graminées, ray-grass, dactyle, blé, oignons, chardons marie… Ce système évite les parasites au séchage : ma production répond parfaitement aux normes qui encadrent l’industrie des plantes médicinales !

Jean-Charles TERRIER
Agriculteur

Outre les avantages liés au stockage à plat, j’ai privilégié cette solution parce qu’elle me permet de moduler les espaces mobilisés, avec des cloisons qui partitionnent mon entrepôt. Ce système de stockage et de ventilation me permet d’anticiper la date de récolte de mes céréales, maïs ou betteraves à graines.

Thierry DHENNIN
Agriculteur

Céréales, oignons et autres graines sont ventilés dans un entrepôt qui sert le reste du temps de zone de « parking » pour nos matériels. Stockage, reprise et nettoyage ne nécessitent que peu de temps « homme » pour la mise en œuvre par rapport à la solution « gaines ». Nous traitons des volumes bien plus importants qu’avec des remorques à double fond.

Frédéric PETERS
Dirigeant de FRASEM, Producteur de semences et multiplicateur de graines

Actualités